CHRONIQUES 52

2019-11-05T08:50:06+00:00 November 5th, 2019|

Hé bhein mon amis… t’en a gros sur la patate. Donc Mark Hamill aussi fait du buzz ? Marcia n’a rien à voir avec le concept de la force, si elle a sauvé les films avec son sens inné de la narration et du montage, c’est Gary Kurtz qui a formulé la force, et si tu écoutes Yoda tu verras bien que le côté obscur n’est pas égal à la force, genre Ying &Yang, ça c’est la merdasse Rian Johnson.

Bon on va tenter de revenir à la source du problème :
La Force est une énergie qui maintient l’univers en un tout unique. Le côté obscur n’intervient pas dans cet équilibre comme le raconte Rian Johnson. C’est pour ça qu’on n’adhère pas à ces films. (et ne m’interdit pas d’utiliser le mot « On », ce on fait référence à tous ceux qui comme moi, rejettent la nouvelle trilogie.) C’est la peur qui mène au côté obscur, le côté obscur n’est pas une manifestation qui surgit parallèlement à la force (réflexion qui est la base de l’Exil de Fake Luke) mais cela n’explique pas pourquoi il y a des Siths. Les Siths n’ont pas peur, ils ne sont pas haineux non plus, ils veulent imposer l’ordre dans la galaxie. Il y a quelque chose d’étrange qui dépasse les paroles de Yoda ou d’Obiwan, quelque chose qui n’a pas été développé, et qui renvoie à notre propre contemporanéité, pourquoi vivons-nous dans un mode contrôlé par des tyrans plutôt que par la sagesse ? Quelle est cette force qui guide les hommes vers la folie ? La nouvelle trilogie a ignoré cette réflexion en calquant le concept de la force sur un dualisme, qui s’apparente presque à une fatalité. Le monde est régi par deux forces, le bien et le mal. Rian soutant même que pour détruire le mal il faut détruire le bien (« the Jedi must end »), car le mal apparait parallèlement au bien. Le jeune Ben est habité par le côté obscur, comme une maladie qui terrifie Fake Luke. Comment peut-il être terrifié lui qui a combattu Vador et vaincu l’empereur en ramenant Vador away from the dark side. La scène ou Luke active le sabre du Jeune Ben pendant son sommeil et qui déclenche la folie destructrice de ce dernier est absurde. Que Luke est tenté ou pas de le tuer, c’est absurde et perd totalement le fil du récit de cette énigme de cette humanité qui sombre dans le mal. Il n’y a pas de côté lumineux contre le côté obscur. La Force ne s’oppose pas non plus au côté obscur, la Force ne s’oppose à rien, car elle est tout. Le Côté obscur est formé par son absence, par la peur qui est la perte de la foi, c’est un état de mort spirituelle.
Et prétendre que Star Wars avait tout dit sur le sujet dans la première trilogie, c’est faux. Il y a encore beaucoup de questions et les trilogies qui ont succédé n’y ont pas répondu. Pourtant les mythes ont toujours raconté cette lutte contre la peur, la mort et la destruction. C’est ce que raconte Lord of the Rings, c’est l’apocalypse de Jean. Le côté obscur peut-il être vaincu ? Peut-on chassé pour toujours de nos cœurs la peur et l’agression qui forme le côté obscur ? Les suites successives ont merdé, GL a perdu l’essence de son histoire en se concentrant sur un Soap Opera, abandonnant le récit initiatique vers une histoire de famille qui fait échos à la tragédie de sa propre vie intime. Donc oui George à complètement dérapé, il ne maitrise pas l’essence du film, c’est pourquoi la prélogie est raté, tout comme la Postlogie. Il y avait quelque chose d’intéressant dans son histoire de Whills, j’aurai aimé qu’il puisse approfondir, ce n’est pas sans lien avec une certaine réalité scientifique. Disney a complètement réécrit SW, on peut aimer cette nouvelle écriture du mythe, mais moi et d’autres (dont Mark Hamill) on n’adhère pas à ce Star Wars alternatif. L’essence s’est diluée dans un dualisme qui empêche de comprendre quel est la voie vers la sagesse faisant du côté obscur une fatalité.
Et ce nouveau film ne va pas combler ce vide, au contraire il va continuer de rendre tout cela plus obscur encore, en noyant le récit dans des situations esthétiques, teintées de religion SJW. Tout ceci n’est pas Star Wars, c’est Disney.

 

Tiens, pour continuer cette réflexion sur la Force, voici ce que les dérives de Georges (séparé de Kurtz après l’avoir remercié) donnent comme idioties: “As common sense says, Force will be in balance if there exists both sides of force (including dark side of force). Jedi always wanted to bring balance to the force. But, they didn’t want to drop chance of killing a Sith. Isn’t killing a Sith a way to imbalance force?” https://scifi.stackexchange.com/questions/8720/whats-the-meaning-of-bring-balance-to-the-force Aucune philosophie dans l’histoire des philosophie n’a jamais dit que le bien et le mal s’équilibre pour former la paix et l’amour. Yin et Yang par exemple sont des principes féminin et masculin, il n’y a aucun “concept” de bien et mal ici. En suivant cet équilibre de la force de la prelogie et approfondie dans la postlogie, on pourrait se demander ce qu’est un excès de bien? Ou encore comment un excès de bien peut-il devenir un mal, car c’est ce qui est induit par le concept de balance dans la force, apporté dans la prélogique. C’était là une méconnaissance profondes de la philosophie, c’est une pensée perverse, et c’est à partir de là que l’on a basculé peu à peu dans médiocratie avec Star Wars (dont le personange d’Anakin est le symbole le plus fort, cet homme serait devenu fou après avoir découvert sa mère massacrée par des hommes des sables, alros qu’elle était encore esclave, et que lui avait pu passer plus de dix ans à se balader aux quatre coins de la galaxie, sans jamais retourner la voir, c’est absurde, si toutes les idioties sont possibles dans la société humaine, en quoi un tel comportement est-il intéressant à être mis en scène dans Star Wars? Quel est le rapport? Est-ce pertinent?). Si le concept de Force était clair, malgré des questions sur l’origine des Siths (sans doute la principale attente de l’audience), le concept de balance à tout fait s’effondrer. La force n’est pas un coté lumineux qui s’oppose au coté sombre. La force n’a jamais été une pensée dualiste (ou en tout cas Kurtz ne l’a pas formulé ainsi, même si on peut trouver dans Dark Cristal une philosophie dualiste qui anéantie la fin du film finissant par un tour de magie sans porté philosophique. Cette idée du bien et du mal qui s’ntremêlent pour former la paix, c’est un syncrétisme newage né des illusions des mouvements spirits qui arrivent à faire dire à certains que hâter le mal, c’est faire venir le bien. Le mal n’est pas une régulation du bien. Pensée que l’on retrouve dans certains courent sabbatéens et franquistes. Cela impliquerait qu’il faudrait une certaine dose de crime dans une société pour qu’elle soit équilibrée? C’est une barbarie qui ressemble beaucoup aux société archaïques qui pratiquaient les sacrifices. Est-ce là la philosophie des Jedi?

Discussion ici